Retour à l'accueil

édito saison 2017-2018

La saison d'un théâtre, c'est un labyrinthe de spectacles : nous avons construit celui-ci, à chacun d'imaginer et de suivre le fil, comme une Ariane aventureuse. 

La construction de ce labyrinthe suggère quelques bifurcations, quelques passages possibles : les liens de l'intime et de l'Histoire, la projection vers l'ailleurs, le no man's land, le grand nulle part, le croisement des langues... Libre à chacun d'emprunter ces passages en repérant dans ce programme les propositions artistiques qui leur correspondent. 

Mais surtout, d'un spectacle à l'autre, libre à chacun de faire passer un fil, d'imaginer les passages qui conviennent à sa sensibilité, à ses désirs et à ses rêves. Peut-être le monstre caché dans ce labyrinthe n'est-il au fond qu'un autre, l'inconnu que le théâtre peut aider à révéler ou à découvrir en soi-même. Une déflagration sensible rendue possible à chaque pas, comme les images de ce programme.

Suivre un fil pour soi ou vouloir déambuler jusqu'à se perdre car on peut aussi jouer à se perdre dans les théâtres. On n'en sortira vraiment qu'en restant à l'intérieur, à revenir continuellement sur ses traces. Comme dans les villes où le philosophe dit que se perdre requiert tout un apprentissage...


Vincent Bady